Hommage à Jean Hassler et retour sur notre histoire

Jean Hassler est décédé début août dans sa 97e année. Un hommage lui sera rendu le 02 décembre par l’association Rénovation sur leur site 68 rue des Pins Francs Caudéran.

Le « canal historique »

L’Unafam 33 a vu naître sa « section » dans les années 70 grâce à Jean Hassler.
Adhérent à l’Unafam, Jean va se révéler comme le brillant fondateur de l’association Rénovation.
Par ailleurs, estimant qu’il manquait des structures pour nos proches malades, il décida de s’investir dans cette tache.
Voulant aider concrètement les malades psychiques, animé par la foi du combattant du « social » , il fut à l’initiative de la création d’ESPOIR33. Il confia, pour sa continuité, la présidence de l’Unafam 33 à Marc Boyer.
Jean Hassler et Simone Noailles ont convaincu Jacques Chaban-Delmas, alors maire de Bordeaux de développer le club Mozart, structure innovante qui n’entrait dans aucune case administrative existante.
Philippe Madrelle, président du conseil général de la Gironde nous a accompagnés jusqu’au bout.

En 1989, Espoir33 voit le jour.

Ce premier club a engendré une suite très prometteuse pour les malades psychiques et leurs familles. Ensuite, l’énergie déployée par les bénévoles en responsabilité a été récompensée par l’ouverture du club Delord, puis de la résidence Gambetta et son club.
Dans le même esprit, ont été créés les Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) (nous y reviendrons) puis le Service d’Accompagnement Médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH). A l’avenir des résidences d’accueil devraient voir le jour.
La Gironde étant devenue un modèle de lieu de vie et de « TRICOTAGE DE LIEN SOCIAL » (dixit Jean Hassler) que nous enviaient et nous envient encore de nombreux départements, le président national de l’Unafam de l’époque, Jean Canneva nous sollicita.
Á sa demande, Espoir33 organisa au bénéfice de Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’Etat aux personnes handicapées et de Claude Finkelstein, Présidente de la Fédération Nationale des Associations de Patients et d’expatients en Psychiatrie (FNAPSY) la visite du Club Delord.
La Secrétaire d’État fut sidérée par la pertinence des propos échangés avec les adhérents du club Delord qui ne se sont pas privés de s’exprimer avec vigueur et intelligence.
En particulier ils ont mis en exergue tout le bien que le Club apportait à leur propre vie au quotidien et dans leur environnement social.
Malgré le regard très positif de la Secrétaire d’Etat et de Jean Canneva sur le Club, c’est le modèle du Groupe d’Entraide Mutuelle qui a été retenu.
Pouvoir se raccrocher au passé sans être passéiste et savoir assimiler d’où l’on vient, donne du sens à l’engagement.
Soutenu par de nombreux adhérents et bénévoles il a permis d’obtenir, le 2 décembre 2005, grâce au Président Jacques Chirac la reconnaissance du handicap psychique devant le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH).
La vaste toile tissée grâce aux adhérents de l’Unafam nous rend incontournables dans la démocratie sanitaire. (Représentants d’usagers, Commission départementale des soins en psychiatrie, Conseils Locaux de Santé Mentale, Maison Départementale des Personnes Handicapées, GEM, Associations partenaires…).
Un chemin reste à parcourir, celui de mutualiser nos forces pour toucher et convaincre les décideurs de déployer les Clubs en grand nombre au niveau national.
La belle réussite, le 4 octobre 2019, de la fête des 30 ans d’ESPOIR 33, devrait servir de levier à la communication militante.
L’égalité du « maillage social » sur l’ensemble territoire national devrait être la norme.

Ce bilan sur le parcours de notre action pour dire à Jean Hassler combien nous lui sommes infiniment redevables…

Il a su déployer toute son humanité, son intelligence et ses capacités pour faire avancer cette cause si chère à son coeur.
L’engagement de Jean donne l’élan indispensable pour aider nos proches malades et obtenir le meilleur « tricotage social ».
L’étayage de la personne souffrant de troubles psychiques passe par le soin, le logement, l’accompagnement dans la cité, les activités et repose sur l’entourage, les Clubs, les GEM.
Chacun de nos protégés doit pouvoir (ou pas) y accéder, y adhérer, s’y sentir bien.

Michel Malet, ancien président et bénévole actif